Télécharger Bordeaux7

L'édition PDF est mise en ligne tous les matins à partir de 7 heures. Cliquez sur l'image pour télécharger l'édition du jour.

Météo de Bordeaux

Newsletter

Retrouvez-nous sur :

Facebook
Twitter
Flux RSS

Hydroliennes près du pont de pierre : c’est pour bientôt PDF Imprimer Envoyer
Lundi, 02 Février 2015 06:00

Dans les tuyaux depuis plus de trois ans, le projet d’expérimenter l’exploitation de l’énergie hydraulique de la Garonne au coeur de Bordeaux devrait passer en phase de test d’ici à la fin de l’année.

 

C’est en substance ce qu’a indiqué la semaine dernière Marc Lafosse, le directeur du cabinet d’ingénierie Énergies de la Lune, spécialisé dans les énergies marines renouvelables, à l’occasion de la présentation finale du projet Seeneoh, “Site expérimental estuarien national pour l’essai et l’optimisation hydrolienne” (notre édition du 10 juillet 2012). Selon l’ingénieur, les travaux pour poser les plateformes d’exploitation et les raccordements électriques devraient s’échelonner entre mai et octobre. Ainsi, dès le mois de décembre 2015, les industriels de France et du monde entier pourront venir installer et tester leurs hydroliennes au pied du pont de pierre, à l’endroit où les énergies fluviales et océaniques se rejoignent.


Le dispositif comptera trois plateformes en tout, deux immergées et une flottante (baptisées « Québec », « Lisbonne » et « Bilbao »), qui pourront accueillir des hydroliennes d’un diamètre pouvant aller jusqu’à 5 mètres, pour une puissance électrique totale estimée dans un premier temps autour de 250 kW. L’électricité produite transitera par un poste de conversion installé à proximité de la Maison écocitoyenne, sur le quai rive gauche.



Première mondiale

Ce projet, imaginé il y a quatre ans, a reçu dès 2012 le soutien des “investissements d’avenir” de l’État, et le concours des collectivités comme la Région ou la Métropole portent à 60% la part de son financement public. C’est qu’il y a une opportunité économique à saisir avec cette première mondiale, au niveau tant local que national. Depuis 2009, la France s’est positionnée sur ce créneau, devenant derrière les USA le numéro 2 mondial du nombre de brevets déposés pour les techniques hydroliennes. Ici, « l’industrie aquitaine dispose de chantiers navals et de l’expertise en matériaux composites qui faciliteront la construction d’hydroliennes », souligne Marc Lafosse. D’un point de vue production d’énergie, selon le GIP Littoral Aquitaine, l'Estuaire à lui seul pourrait accueillir assez d’hydroliennes pour une production de 100 MW (un dixième de réacteur nucléaire).


Un navire scientifique complétera le tout, pour mesurer la vitesse des courants mais aussi pour contrôler l’impact environnemental du dispositif, notamment sur les populations de poissons. •

 

Photo : La Garonne servira de zone pilote pour l’élaboration de nouvelles hydroliennes. © Archives Bordeaux7

 

La Une du jour

Newsletter

Copyright © 2017 Direct Matin Bordeaux7. Tous droits réservés.