Le maire de Pessac donne la priorité aux services publics

Par bordeaux7 le 13 septembre 2017 à 22:35

Franck raynal a confirmé le retour à la semaine de quatre jours dans les écoles© Frédéric Delouvée / ville de pessac

Ce mercredi matin, le maire de Pessac et vice-président de la Métropole, Franck Raynal, a fait un point sur les dossiers en cours lors de sa conférence de presse de rentrée. Il a d’abord rappelé que Pessac est arrivé en cinquième position des villes les plus dynamiques de France dans un classement publié par le journal « Le Figaro » qui porte sur les communes de plus de 50 000 habitants. Bordeaux s’y place 13e sur 113 et Mérignac, 37e. « Nous sommes assez fiers de ce classement qui est issu de chiffres récents et qui illustre la dynamique municipale », a-t-il souligné.

Puis, Franck Raynal a rappelé que dans un contexte de baisse des dotations de l’Etat, qui ampute de 10 % le budget de la Ville tous les ans, l’engagement pris durant la campagne de ne pas augmenter les impôts a été respecté. La fiscalité ne devrait pas évoluer d’ici la fin du mandat.

10 000 emplois à créer

Dans un exercice qui ressemblait fort à un bilan de mi-mandat, le maire de Pessac a ensuite passé en revue les dossiers sur lesquels il a souhaité mettre l’accent. En insistant d’abord sur le développement des services publics dans la ville. « Nous avons augmenté le nombre de points contact de La Poste, alors qu’il baisse ailleurs.» Les effectifs de la police municipale sont également en progression. Ils ont été multipliés par deux. Il faut dire qu’il n’y avait que 7 ou 8 fonctionnaires en poste en 2014. «Nous partions de très bas, a reconnu Franck Raynal. Nous avons aujourd’hui 18 policiers municipaux. le but est d’arriver à 25. Car la sécurité est le premier devoir de la puissance publique.»

Le maire souhaite également inscrire sa ville dans le dynamisme économique de la Métropole, notamment dans le cadre de l’opération d’intérêt métropolitain (OIM) Inno campus. Ce plan dans lequel 67 millions d’euros seront investis  pour ambition de créer 10 000 emplois à terme dans les domaines de la santé et de l’optique et des lasers, en s’appuyant sur la dynamique de l’université.

Retour à quatre jours dans les écoles

Comme toutes les villes de la Métropole, Pessac est confronté à une augmentation de sa population. « Il y a une attractivité indéniable et un rajeunissement de la population », a souligné Franck Raynal. Un tiers de la population de la ville a moins de 25 ans, ce qui représente un véritable défi pour la municipalité. « L’enjeu scolaire est majeur. Il y avait 4 800 élèves il y a trois ans dans les écoles de Pessac, il y en a 5 530 cette rentrée. Nous devons faire suivre nos infrastructures.» La Ville a donc créé six nouvelles classes cette année, il y en avait déjà eu cinq de plus l’an passé. Toujours dans les écoles, Pessac a programmé le retour à la semaine de quatre jours pour la rentrée 2018 pour ne pas le faire « de manière précipitée ».   

Côté environnement, le maire a annoncé le lancement d’un nouvel agenda des solutions durables en novembre. Un champ photovoltaïque va être installé sur le site de l’ancienne décharge du Bourgailh. Il devrait produire de l’électricité pour alimenter 6000 personnes hors chauffage. Son installation devrait démarrer en 2018.

Enfin, le maire veut mettre en avant le patrimoine de la vigne et du vin de Pessac. Ce sera le cas samedi, avec la fête de la Graveline pour les 30 ans de l’appellation Pessac-Léognan.•

Stéphanie Lacaze
Les chiffres clés

1/3 de la population de Pessac a moins de 25 ans ce qui en fait la ville la plus jeune de l’agglomération. un chiffre qui s’explique par la présence de nombreux étudiants puisque 60% du campus est situé sur le territoire de la commune.

10 000 emplois devraient être créés sur le site d’Inno campus, l’opération d’intérêt métropolitain. Le plan d’aménagement du site est prévu pour le printemps 2018. Dès la mi-2019, un régime d’autorisations simplifié incitera les entreprises à venir s’installer.

60 hectares au moins de la forêt du Bourgailh vont être aménagés en espace nature. Il comprendra une plaine de loisirs, un skate-park, des blocs d’escalade,  un théâtre de plein air et des tables de pique-nique . La livraison est prévue au mois de juin prochain.

Pessac a choisi de revenir à la semaine de quatre jours dans les écoles, à la rentrée prochaine. La mise en place de la réforme coûtait 800 000 euros par an.

COMMENTAIRES (0)