Football : l’état d’urgence est déclaré pour les Girondins

Par bordeaux7 le 12 janvier 2018 à 05:28

L’arrivé de Paul Baysse va-t-elle donner un coup de fouet aux Girondins ? © Thierry David / Sud Ouest

Malgré les assurances des dirigeants girondins, une nouvelle défaite, demain à Troyes, pourrait sonner le glas de l’entraîneur Gourvennec. Après deux derniers mois de l’année 2017 catastrophiques, synonymes d’une triste et inquiétante 15e place, les Bordelais ont rechuté dès la reprise face aux modestes amateurs de Granville, pensionnaires de Nationale 2…

En plus d’être devenu la risée du football français, Bordeaux est maintenant écarté de toutes les compétitions. Cette élimination face à un adversaire modeste renvoie à celle en Europa League contre les Hongrois de Videoton, en début de saison, ou la thèse de « l’accident » avait été privilégiée, masquant les faiblesses du groupe girondin. En plus de cela, sur la forme, les Bordelais ont été éliminés dès leur entrée en lice des deux Coupes nationales.

Il ne reste donc plus que le championnat à jouer et un maintien à aller chercher pour un groupe de plus en plus meurtri par cette dégringolade.

Le match qui s’annonce ce samedi soir (20 heures) face à Troyes est de la plus haute importance et pourrait décider du sort de l’entraîneur Jocelyn Gourvennec qui a vu son statut fragilisé suite au mauvais rendement des recrues qu’il a « voulues », et bien sûr aux résultats exécrables. En effet, même si le groupe et les dirigeants semblent faire corps autour de lui, on voit mal l’entraîneur breton rester encore sur les bords de la Garonne en cas de nouvelle déconvenue à Troyes, du fait de l’urgence de la situation et d’une position précaire au classement.

L’espoir Paul Baysse

Devant les largesses et difficultés de son équipe, l’entraîneur et son staff ont ciblé une recrue par ligne durant cette trêve pour se renforcer et « oxygéner » un groupe très affecté par la crise traversée. C’est presque chose faite avec les arrivées de deux joueurs, en attendant un dernier renfort en attaque. De fait, Meité et Baysse sont venus en renfort. Le premier a un profil de milieu « créateur », évoluant plutôt en sentinelle. Il est prêté 6 mois par Monaco, où il a très peu joué. La deuxième recrue est beaucoup plus connue des observateurs du championnat et encore plus des supporters bordelais. En effet, puisque Paul Baysse a été formé aux Girondins sans jamais parvenir à s’y imposer. Il faut dire qu’il est tombé à la période « faste » sous le commandement de Laurent Blanc et de Jean-Louis Gasset. Après des passages remarquables à Brest, Saint-Etienne et Nice notamment, c’est avec un statut d’un défenseur expérimenté doté d’un fort caractère qu’il débarque. Une caractéristique qui manque cruellement au groupe bordelais.

En ces périodes difficiles pour les supporters, ils ne pouvaient que se réjouir de l’arrivée de « Paulo » Baysse, enfant du pays qui attendait depuis longtemps de rejoindre son club de cœur. Cependant, l’intéressé a tenu à modérer cet enthousiasme : « Je ne suis pas le sauveur, je viens pour ramener de la fraîcheur mentale, mon envie de tout donner, de m’arracher sur le terrain ».

Toutefois, il est sûr que son caractère de leader pourrait être une solution pour fédérer l’équipe et surtout retrouver une solidité défensive qui pourra rééquilibrer l’équipe et apporter un peu plus de confiance.

Léon Monnier

COMMENTAIRES (0)

FERMER
CLOSE