Un site qui connecte les handicapés

Par bordeaux7 le 29 janvier 2018 à 05:58

Marina Désiré, Jessica Amrane et Jonathan Dupire, les trois associés de Mobalib. © Stéphane Lartigue / Sud Ouest

L’idée paraît tellement évidente qu’on se demande pourquoi personne n’y avait pensé avant. Mobalib est un site collaboratif destiné à facilier la vie des personnes handicapées.

Il a été créé en septembre 2016 par trois jeunes gens, Jessica Amrane, Marina Désiré et Jonathan Dupire, installés à la pépinière Technowest à Bègles. L’histoire est belle et mérite d’être racontée. Jonathan Dupire est infirme moteur cérébral de naissance. Toute sa vie, il a dû faire face aux contraintes qu’implique le fait de se déplacer en fauteuil électrique. Il y a quelques années, avec son auxilliaire de vie, Jessica, il rédigeait des petits guides touristiques à chaque fois qu’il voyageait. Pour chaque département traversé, il listait les sites les plus accessibles, les difficultés rencontrées. C’est lorsqu’il a rencontré Marina, quelques années plus tard, en fac de droit, qu’il a eu l’idée d’exploiter toutes les données rassemblées lors de ses déplacements. La jeune femme venait d’obtenir un diplôme en création d’entreprise. Elle pouvait l’aider à développer son projet.

« Il y a tout de suite eu une belle entente entre nous, raconte Jessica Amrane et c’est pour ça qu’on est encore ensemble et associés tous les trois aujourd’hui.» Pour ne pas se lancer sans filet, les trois jeunes entrepreneurs participent à de nombreux concours d’entreprises, histoire de tester leur idée. Ils remportent plusieurs  prix et distinctions remis par des organismes publics ou des associations ce qui leur permet de constituer un petit fonds pour le développement de MobaliB

10 000 utilisateurs d’ici un an

Dans sa version actuelle, Mobalib est assez simple. Le site recense les restaurants accessibles aux handicapés sur le territoire de la Nouvelle-Aquitaine, avec tous les détails pratiques dont ils peuvent avoir besoin selon la nature de leur handicap (moteur ou sensoriel). 300 personnes l’utilisent régulièrement.

Mais dans sa deuxième version qui sera disponible d’ici deux mois, Mobalib va s’enrichir de nouvelles fonctionnalités pour devenir un véritable réseau social solidaire. «Il s’agit de permettre à la communauté d’utilisateurs d’échanger ensemble. Les gens pourront poser une question et d’autres leur répondre de manière très précise», souligne Jessica Amrane. Il faudra se connecter pour dialoguer mais de nombreuses informations seront accessibles gratuitement et sans inscription. Les concepteurs tablent sur 10 000 utilisateurs d’ici un an.

A terme, Mobalib devrait aussi intégrer un système de navigation intelligent et très précis. « Il faut que la personne sache sur quel trottoir aller et cela nécessite une précision au mètre près.»

Stéphanie Lacaze
www.mobalib.com

COMMENTAIRES (0)