Le cube GreenMe améliore le confort des salariés en entreprise

Par bordeaux7 le 10 juin 2018 à 15:44

Le cube GreenMe mesure cinq données 24h sur 24. © GREENME

Il a la taille d’un Rubik’s Cube. Décliné en sept coloris et bourré de capteurs, le cube GreenMe se pose sur les tables ou les étagères dans les bureaux et ateliers des entreprises.

Sa mission ? Mesurer la température, le taux d’humidité, le bruit, la qualité de l’éclairage et le renouvellement de l’air dans les espaces de travail.

« Ce service a pour objectif d’améliorer la qualité de vie au travail », indique Alexandre Dugarry, fondateur de GreenMe. Installé à Aire-sur-l’Adour dans les Landes avec ses équipes, il planche depuis trois ans sur la mise au point de cet objet connecté.

« Je suis parti du constat que beaucoup de bâtiments ne répondent pas aux attentes des occupants. Cela a un impact sur leur bien-être au travail et indirectement leur productivité. »

Ressenti mesuré également

En mesurant qualité de l’air, éclairage, température, bruit et taux d’humidité 24h sur 24, GreenMe établit un tableau de données qui remonte aux services de direction. « Les salariés sont aussi invités à donner leur ressenti, précise Alexandre Dugarry. Ils peuvent télécharger une application mobile pour suivre les mesures du cube sur leur lieu de travail. »

GreenMe est à ce jour déployé dans une centaine d’entreprises. « Nous sommes par exemple chez EDF et Dalkia », précise l’entrepreneur. Le service fonctionne avec un système d’abonnement. « En moyenne, l’investissement est de 3€ par mois et par salarié », indique-t-il. A partir des données qui remontent grâce aux cubes (un dans chaque espace de travail) et du ressenti des salariés, la start-up est en train de mettre au point un algorithme qui permet de savoir quelles sont les conditions optimales de confort pour travailler. « Cela nous permet de faire des préconisations aux entreprises pour qu’elles déclenchent les aménagements et travaux qui vont améliorer les conditions de travail de leurs employés. »

600 000 euros recherchés

GreenMe cherche aujourd’hui à accélérer son développement. La start-up a été sélectionnée pour participer à l’étape bordelaise du FundTruck ce mercredi 13 juin. Cette opération est un concours national de startups sous forme de road show. Les entrepreneurs sélectionnés pitchent leurs projets en pleine rue, devant des lieux emblématiques de l’économie, la finance et l’entrepreneuriat en vue d’interpeller de potentiels investisseurs.

À Bordeaux, Alexandre Dugarry prendra la parole mercredi avec quatre autres responsables de startups (Archidvisor, Obvy, Check KIT, La Fabrique juridique) sur la place Jean-Jaurès (9h), devant l’Hôtel de Région (12h), à Darwin (14h30) et devant l’Hôtel de Ville (17h). « Nous avons chacun trois minutes pour convaincre», relève-t-il. GreenMe cherche 600 000€ pour la commercialisation, la production et le développement à l’international. Un jury va également départager les cinq candidats régionaux. Le gagnant poursuivra l’aventure au niveau national. 

Laurie Bosdecher
www.greenme.fr

COMMENTAIRES (0)