Les Détritivores : une deuxième vie pour les épluchures

Par julienmange le 16 mars 2016 à 17:26

C’est ce qui s’est produit pour le Magasin Général, le restaurant bio de l’ecosystème Darwin (caserne Niel, rive droite à Bordeaux). Avec 8 à 12 000 repas mensuels, il produit 2,5 tonnes de biodéchets par mois. Darwin, en la personne de son co-fondateur Jean-Marc Gancille, s’est donc saisi du problème pour trouver une solution en dehors des circuits traditionnels de collecte et valorisation des déchets par de grands groupes spécialisés.
Six mois pour du compost
Une association baptisée les Détritivores a été créée sur le site, regroupant Darwin, Actes-Elise Atlantique et Compost in situ. Une plateforme de compostage a été mise en place pour les déchets du Magasin Général. Deux mois de fermentation dans des box puis quatre mois de maturation à l’air libre, et le compost peut-être réutilisé dans les jardins. L’objectif est maintenant d’étendre le service (payant) à d’autres restaurants que le Magasin Général, afin de créer des emplois d’insertion pérennes. Pour l’heure, deux emplois ont été créés grâce à des aides diverses, mais le service doit trouver sa propre rentabilité.
Les Détritivores démarchent les restaurants d’entreprises et les collectivités locales, comptant sur le soutien de ces dernières pour déployer des plateformes de compostage de proximité dans les quartiers. Un premier “client” a déjà été trouvé : la Banque Alimentaire de Gironde, qui produit 180 tonnes de biodéchets par an.• 

Photo : Laurent Theillet / Sud Ouest

 

COMMENTAIRES (0)

FERMER
CLOSE