Cinq projets à aider en avril et mai dans la métropole bordelaise

Par bordeaux7 le 21 avril 2017 à 00:35

Clément Beuselink pédale pour vendre des souvenirs décalés avec Boutique-Bordeaux ©ARCHIVES FLORENCE MOREL / SUD OUEST

Chaque mois, « CNEWS Matin Bordeaux7 » sélectionne des projets locaux qui ont besoin de votre aide pour voir le jour. Voici notre sélection d’avril.

comme Boutique-Bordeaux

Vous l’avez peut-être croisé l’été dernier sur son triporteur devant la gare Saint-Jean. Clément Beuselink proposait dans sa boutique ambulante tout un tas de souvenirs décalés de Bordeaux : des créations locales comme des tabliers, sets de table, cds, porte-clés. Pas de mugs ou boules à neige made in China dans cette mini caverne d’Ali Baba. Tous les produits proposés pour la Boutique-Bordeaux sont fabriqués dans la région et répondent à une charte éthique et responsable.

Au terme de cette saison plutôt positive, le jeune homme associé à sa sœur Zoé Lalande souhaite poursuivre cette année l’aventure, mais cette fois en dur. Le triporteur continuera à sillonner le centre-ville de Bordeaux et un kiosque éphémère s’apprête à voir le jour sur le parvis de la gare Saint-Jean. Le projet demande un investissement de 13 000€. Le duo cherche à réunir 2 500€ sur la plateforme Bulb in Town. Objectif atteint à ce jour à 62%. Il reste 17 jours pour participer.

www.bulbintown.com

comme Jalles House Rock

Le Jalles House Rock est un festival qui se déroule chaque premier week-end des vacances d’été à Saint-Médard-en-Jalles. Le nom de la manifestation est un clin d’œil à la chanson d’Elvis Presley « Jailhouse Rock ». L’événement fait la part belle à la musique rock, locale, nationale et internationale. Il fête ses 10 ans les 7 et 8 juillet prochains. L’entrée au festival va rester gratuite pour cette édition spéciale. Afin d’améliorer l’accueil et élever le niveau artistique, l’équipe du Jalles House Rock (JHR) mène actuellement une campagne de financement participatif sur la plateforme Ulule pour réunir 10 000€ jusqu’à mi-mai Les donateurs ont droit à de belles contreparties.

fr.ulule.com/festival-jhr-10-ans/

M comme Mont Royal

Mont Royal, à Montréal, est le nom d’une colline et d’un quartier. Ce sera aussi bientôt celui d’un restaurant qui va ouvrir ses portes au 18 rue Castillon dans le centre de Bordeaux. Osmin et Greg y proposeront des sandwichs avec un produit phare : le pastrami, poitrine de bœuf saumurée et fumée très réputée en Amérique du Nord. Il y aura aussi des salades fraîches, des pâtisseries maison, du café et thé bio équitables. Tout est quasiment prêt : les équipements, les fournisseurs, le logo, la carte. Il manquait juste à Greg et Osmi un petit matelas d’argent pour créer la déco d’un lieu qui leur ressemble. Il y a trois semaines, ils ont lancé un appel à la générosité sur la plateforme GoFundMe. 3 600€ ont pour l’instant étaient collectés sur les 4 000€ espérés.   

www.gofundme.com/mont-royal

C comme correspondances

Que faire face à la crise des réfugiés ? La Bordelaise Fleur Cattiaux est partie au Proche-Orient apporter son aide aux personnes fuyant la guerre et réfugiées au Liban. Ce pays accueille deux millions de migrants pour quatre millions d’habitants. Ces diverses populations doivent apprendre à cohabiter. Au Liban, Fleur a fait la connaissance de Nayla qui s’ocupe d’une ONG locale.

Les deux femmes lancent un projet pour tenter d’apaiser les tensions. Elles vont réunir des collégiens réfugiés et libanais pour qu’ils racontent ensemble leur histoire respective de manière écrite et illustrée dans une bande dessinée. Pour que le projet voit le jour, Fleur a lancé sur la plateforme SoKengo à laquelle est associé le groupe Sud Ouest, une campagne pour réunir 4 000€. Il est possible d’apporter son coupe de pouce financier à cette aventure jusqu’à début mai.

www.sokengo.fr

R comme réfugiés en Grèce

Voici une autre histoire de réfugiés. Des étudiants de Kedge Business School à Talence ont créé l’association « Refugee’s lives matter » pour venir en aide à ceux qui ont fui leur pays et se retrouvent sur le sol grec.

En partenariat avec l’ONG Caritas Grèce, ces étudiants vont passer trois semaines en juin prochain dans le camp du square Omonia à Athènes pour distribuer des repas, donner des cours d’anglais et s’occuper des enfants. Parallèlement à ce séjour, ils mènent actuellement une collecte de fonds sur la plateforme HelloAsso qui servira à acheter sur place du lait en poudre et des couches pour les bébés du camp de réfugiés. Ils cherchent à réunir 1 500€ d’ici leur départ le 5 juin.

www.helloasso.com   

Laurie Bosdecher

COMMENTAIRES (0)