La chasse aux malfaçons est ouverte dans la métropole bordelaise

Par bordeaux7 le 12 février 2018 à 23:28

Fédérations du bâtiment et des promoteurs ont signé la charte. © LAURENT THEILLET / SUD OUEST

Dans l’agglomération bordelaise, on construit beaucoup mais pas toujours bien. Sur les 8 000 logements qui sortent de terre par an, un certain nombre présente des malfaçons.

Les balcons qui s’effrondrent à Ginko, les fuites d’eau ou les problèmes d’isolation sont devenus des sujets récurrents traités par les médias locaux.

En fin de semaine dernière, les fédérations du bâtiment et des promoteurs, Bordeaux Métropole, l’ordre des architectes et l’Agence qualité construction ont signé une charte du «Bien construire». Ce document engagent les signataires à respecter certaines pratiques sur les chantiers afin d’améliorer la qualité du bâtiment.

Les constructeurs devront désormais faire appel à un architecte qui supervisera le projet de A à Z et non plus seulement les plans jusqu’à l’obtention du permis de construire. Le recours à la sous-traitance sera limitée. Cette mesure est effective sur les chantiers d’Euratlantique.

Charte participative

Les habitants des résidences seront accompagnés pour mieux utiliser les bâtiments (dans le domaine énergétique notamment). Ils devraient aussi “noter” la qualité de l’immeuble neuf où ils viennent de s’installer.

Chaque signataire de la charte se verra remettre un label du «bien construire à Bordeaux Métropole». Ce label sera valable pour une durée de trois et soumis à conditions pour son renouvellement «Ce label on pourra le retirer et le faire savoir», avait indiqué en conseil métropolitain son président Alain Juppé.

Un référent de la charte sera désigné dans chaque commune. Courant 2018, une trentaine de chantiers seront passés au crible pour voir s’ils respectent les critères de la charte. Bientôt la fin des murs lézardés et dégâts des eaux dans le neuf ?

COMMENTAIRES (0)