En immersion dans le futur Musée de la mer et de marine aux Bassins à Flot

Par bordeaux7 le 16 mai 2018 à 00:01

Les visiteurs auront l’impression d’être à la fois dedans et dehors. © FABIEN COTTEREAU / SUD OUEST

Dans un mois, le 15 juin, le Musée de la mer et de la marine, aux Bassins à flot, à Bordeaux, ouvrira ses portes au public. Seule la salle dédiée aux expositions temporaires sera dans un premier temps accessible.

Elle accueillera pendant tout l’été une exposition dédiée au peintre impressionniste Claude Monet.

Dans l’immense espace de 800 m2, difficile d’imaginer que dans 30 jours, les Nymphéas seront accrochées aux murs. Hier, Norbert Fradin fondateur et unique financeur de ce futur totem dédié au monde marin sur et sous les mers, a convié les journalistes de la presse locale et nationale à découvrir son futur navire culturel et scientifique.

Le Bordelais, originaire de Charente-Maritime,  a fait fortune dans la promotion immobilière.  « Enfant un ami de mon père m’avait offert la maquette d’un cap-hornier, a-t-il confié. C’est peut-être de là qu’est venue ma passion. » L’homme, collectionneur, est aussi connu pour son amour et son investissement dans la protection du patrimoine.

6 500 m2 d’expositions

Depuis un an et demi, il suit comme le commandant d’un énorme paquebot le chantier. Norbert Fradin a dessiné les premières esquisses de son musée puis a confié le projet à l’architecte bordelais Olivier Brochet. Le bâtiment qui sera ouvert dans sa totalité à la fin de l’année est d’une surface équivalente à celle de la Cité du vin voisine (13 000 m2).

Le public y pénètrera par la rue des Etrangers.  Le musée donne sur le futur parc des Bassins à flot, ancien quartier industriel et portuaire de Bordeaux. « C’était totalement cohérent de s’installer ici », défend celui qui à travers ce nouveau lieu touristique veut mettre en valeur « un port qui n’a jamais vu la mer mais qui vit grâce à la mer ». Norbert Fradin emprunte cette citation à François Mauriac.

Dans le Musée de la mer et de la marine, le visiteur se sentira à la fois dedans et dehors. Conçu sur trois niveaux, le bâtiment – 35 mètres de hauteur – est entouré de jardins suspendus où il sera possible de cheminer en marchant autour des façades et d’observer Bordeaux et ses environs de manière inédite. « Un musée doit aussi être un lieu de vie où l’on respire », avance son fondateur.

Visiteur dedans et dehors

Le rez-de-chaussée et le premier étage seront dédiés à l’histoire de la navigation, de la Préhistoire au XXIe siècle, « à tout ce que l’Homme a pu faire sur les océans », précise-t-il. A chaque époque, ses œuvres. Le mécène collectionne depuis des années des pièces liées à la mer et à la marine. Une partie sera aussi consacrée aux courses de navigation.

Le 2e étage sera consacré aux océans, une thématique plus scientifique en lien avec les recherches actuelles sous-marines. Universités de la Rochelle, de Bordeaux, de La Sorbonne, laboratoire Epoc et Ifremer participent à l’élaboration des contenus.

Le visiteur n’aura pas l’obligation de suivre le  parcours chronologique proposé. Il pourra, comme à la Cité du vin, se laisser guider par ses propres envies.

Le troisième niveau pourra accueillir des colloques , séminaires et autres événements privés. Un bâtiment attenant au Musée servira à accueillir des scientifiques dans des espaces de coworking. Un restaurant viendra complèter l’offre. Combien Norbert Fradin a-t-il investi dans cet équipement ? L’investisseur garde le montant secret.

Une antenne du Musée de la mer et de la marine va s’installer dans citadelle de Blaye. Norbert Fradin œuvre aussi avec des associations comme la fondation de l’Hermione et l’Aérocampus pour les faire participer à la restauration de bateaux de prestige qu’il a acquis. Une manière de faire vivre son bijou hors les murs.

Laurie Bosdecher
www.museedelamerbordeaux.fr

COMMENTAIRES (0)

FERMER
CLOSE