De nouveaux outils pour réguler les prix de l’immobilier à Bordeaux

Par bordeaux7 le 17 mai 2018 à 00:26

Le quartier des Bassins à flot, en pleine mutation. © ARCHIVES GUILLAUME BONNAUD / SUD OUEST

La métropole bordelaise est-elle devenue inaccessible à la majorité des ménages qui voudraient acheter leur bien immobilier ?

Le marché semble avoir atteint des sommets. Il n’est plus rare de trouver des programmes dans le neuf qui atteignent 6 000 voire 7 000€ le mètre carré, voire plus dans l’ancien. Au 3e trimestre 2017, la moyenne dans le neuf était de 4 350€ le mètre carré. Cette situation inquiète les décideurs publics car elle pourrait impacter l’attractivité de la belle endormie désormais bien réveillée.

En début de semaine, Alain Juppé le président de Bordeaux Métropole en présence d’Alain Ferrasse, président de la fédération régionale des promoteurs immobiliers et de son vice-président Jacques Mangon, ont présenté à la presse plusieurs pistes pour tenter de réguler le prix du foncier. Les élus de la Métropole souhaitent que les terrains soient désormais vendus à leur valeur vénale, c’est-à-dire au prix du marché et non en fonction de ce qui va être construit dessus. Si ces conditions ne sont pas respectées, Bordeaux Métropole se réserve le droit de préempter ces terrains grâce au nouvel établissement foncier de la Nouvelle-Aquitaine.

Les élus métropolitains demandent aussi aux promoteurs de fournir aux communes des fiches produits détaillées dès que les programmes dépassent 1 000 m2. Si les quotas de logements sociaux sont respectés, Alain Juppé souhaite aller plus loin. Il demande aux promoteurs de construire 1 000 logements par an en accession libre modérée, soit 3 000€ le mètre carré, parking compris. Un vœu pieux. Si promoteurs et élus sont d’accord sur la volonté de baisser les prix de l’immobilier, les outils présentés il y a quelques jours n’ont pas de valeur juridique.

COMMENTAIRES (0)

FERMER
CLOSE