Tout savoir sur les Journées du Patrimoine à Bordeaux en 7 points

Par bordeaux7 le 13 septembre 2018 à 22:52

Les grands classiques comme le Palais Rohan sont sûrs de faire le plein ce week-end. © Archives Stéphane Lartigue / Sud Ouest

Forte de son exceptionnel patrimoine, Bordeaux fait toujours le plein lors des Journées européennes du Patrimoine – 100 000 visiteurs chaque année au bas mot ! Sur le thème du « partage », ce cru 2018 ne devrait pas faire exception, entre grands classiques, nouveautés et surprises. Tour d’horizon.

Une farandole de “stars”

Certains de nos plus beaux monuments peuvent se visiter toute l’année et pourtant, c’est toujours au moment des Journées du Patrimoine que tout le monde se réveille – la gratuité y contribue sans doute largement. D’autres, comme le palais Rohan (hôtel de ville), ne se livrent complètement que lors de ces Journées, expliquant les considérables files d’attente, qu’agrémenteront quelques impromptus de danse pour patienter. Si vous êtes allergique à la foule, autant éviter le palais Rohan donc, ainsi que la tour Pey-Berland, la flèche Saint-Michel, la porte Cailhau (place du Palais) et la Grosse Cloche
– bien que tous vaillent largement l’attente.

Le TnBA © Mairie de Bordeaux

Du nouveau à se mettre sous la dent

Pas d’année sans nouveauté. Ce week-end, le TnBA alias théâtre du Port de la lune s’offre pour la première fois à la visite dans le cadre des JEP. Avec passage en coulisses, en loges, et même sur la grande scène (sur inscription par mail à rp@tnba.org). Autre grand équipement à (re)découvrir, la Salle des fêtes du Grand-Parc fraîchement inaugurée après des années de fermeture et de travaux. Les visites accompagnées sont hélas complètes mais on peut y faire un tour demain pour un concert de l’Orchestre d’harmonie de Bordeaux entre classique et musiques de films (18h, gratuit). Et au rayon patrimoine vivant, on pourra profiter des premières portes ouvertes des artisans des ateliers du Faubourg des Arts aux Chartrons, ou l’un des derniers chantiers navals artisanaux, Nicolas, quai des Queyries sur la rive droite, qui s’ajoutent au traditionnel village d’artisans cour Mably.

© Infectious Ape

Des musées où s’amuser

Autres lieux parmi les plus courus des Journées du Patrimoine, les musées, tous gratuits à l’exception de la Cité du vin (qui offre tout de même une projection-rencontre autour d’un doc sur la Fête des vignerons de Vevey samedi à 15h30). Surtout, chacun d’entre eux ouvre avec un gros supplément d’animations – visites guidées, ateliers enfants un peu partout, Skinjackin (tatouage éphémère) au CAPC, jeux et énigmes au musée des Beaux-Arts, conférences et rencontres au Ciap (Bordeaux Patrimoine mondial, place de la Bourse), parcours inédit au musée des Douanes, démonstrations de soldat romain au musée d’Aquitaine (dimanche)… Et à la Base sous-marine, où l’expo « Légendes urbaines » touche à sa fin ce week-end, une initiation au graffiti avec Kingspray, un simulateur en réalité virtuelle !

© Archives Laurent Theillet / Sud Ouest

Le patrimoine à toutes jambes

À Bordeaux, pour ces Journées, on met le paquet. Pas seulement la Ville elle-même, qui réussit à fédérer 150 bénévoles autour de l’événement. Il y a aussi une trentaine d’associations partenaires pilotées par des passionnés, qui se feront un plaisir de vous faire découvrir un monument, un parc, un quartier à pied, mais également à vélo et même en kayak aux Bassins à flot ! Attention, toutes sont sur inscription et, à l’heure où nous écrivions ces lignes, beaucoup de créneaux affichaient déjà complet. Les amateurs se renseigneront donc sans tarder.

Ensemble vocal Stella Montis © Gilles RŽémus

Suivez la coquille !

Il y a 20 ans, les Chemins de Saint-Jacques-de-Compostelle en France entraient dans la Liste du patrimoine mondial de l’Unesco. Soit 71 édifices dont trois à Bordeaux : la cathédrale Saint-André, la basilique Saint-Michel et la basilique Saint-Seurin. Autour de cette dernière, une performance filmée par drone y marquera aussi les 20 ans (demain 14h30). Quant aux deux premières, elles proposeront notamment des concerts d’orgue. Parmi les autres concerts en église au programme, on notera l’ensemble vocal Stella Montis (photo) à Saint-Pierre (dimanche 17h) et de la musique concrète en électro-acoustique dans la très belle chapelle du Crous rue du Hamel – avec du mapping vidéo en prime ! (samedi 19h).

L’indispensable du week-end

À retrouver dans toutes les bonnes crémeries – à peu près tous les lieux municipaux –, le guide édité par la ville de Bordeaux est comme chaque année incontournable. Lui seul recense les quelque 110 sites, 30 circuits et 130 événements proposés. La version papier, avec son grand plan et son chapitrage par quartier, est parfaite pour préparer ses sorties. En revanche, pour être sûr qu’il reste des places (ateliers, balades, visites…), il faudra vérifier sur bordeaux.fr, mis à jour en temps réel.

© Mémorial Bordeaux et Front du Médoc

Bordeaux partageuse

À noter, dans la brochure papier et en ligne, la part croissante allouée par Bordeaux aux communes voisines. Les événements majeurs y sont recensés, parmi lesquels on notera l’ouverture pour la première fois du blockhaus allemand resté dans le jardin d’un Ehpad de Gradignan. Une asso fera revivre cette époque avec costumes et véhicules anciens.

Page réalisée par Sébastien Le Jeune

COMMENTAIRES (0)

FERMER
CLOSE