Festival Eufonia : honneur aux dames

Par bordeaux7 le 10 octobre 2017 à 19:40

La venue de la Maîtrise de Radio France, qui a fêté ses 70 ans l’an dernier, un temps fort du festival © Christophe Abramowitz

Demain marquera le début de la 2e édition de la biennale Eufonia. Un festival où la voix et le chant lyrique sont à l’honneur et où les femmes seront particulièrement présentes jusqu’à dimanche.

Bien sûr, on retrouvera les ingrédients qui ont fait le succès de la première, née dans le sillage d’un Requiem de Berlioz géant (850 chanteurs) à la Patinoire en 2012. Sous l’impulsion d’Éliane Lavail et quelques autres activistes locaux du chant choral, les ensembles régionaux sont invités par grandes grappes, et ce sont eux qui auront les honneurs de l’ouverture demain soir à la basilique Saint-Seurin (20h30, 11€) : à l’Ensemble vocal d’Aquitaine de Lavail se joindront le Chœur Voyageur, l’ensemble Stella Montis et le Groupe Arpège pour un programme varié, avec une contrainte, celle de répondre à la thématique de cette édition, « Touches féminines » – mettre en avant une compositrice, ou une œuvre comme un « Salve Regina » ou un « Stabat Mater »…

Les femmes et les enfants d’abord

Ce que fera, évidemment, le chœur Eufonia, jeudi, avec le « Stabat Mater » de Dvořák monté en “concert scratch”, c’est-à-dire avec très peu de répétitions d’ensemble pour les centaines de choristes réunis à la cathédrale Saint-André (20h30, 12-18€). Mais ils auront à la baguette un chef de haut rang, le directeur du Chœur de l’Opéra de Bordeaux, Salvatore Caputo. Avec eux, quelques éminents solistes dont l’un des ténors de l’Opéra, Olivier Bekretaoui, et Rira Kim, Coréenne installée en France ayant remporté l’an dernier le Prix Opéra du Concours de chant Robert-Massard organisé par l’Opéra avec les Amis du Grand-Théâtre.

Vendredi, la journée entière sera consacrée aux chœurs d’enfants avec, là encore, un soigneux panaché entre scène locale et scène extra-régionale. À 18h, un concert à l’Auditorium avec une dizaine d’ensembles venus d’aussi loin qu’Agen, Biscarrosse ou Bayonne – gratuit mais sur réservation, à saisir au plus vite en ligne.

Et à 20h, le “clou” du festival avec la venue de la Maîtrise de Radio France. une véritable institution fondée en 1946, toujours à l’Auditorium (20h, 15-26€, mineurs 5€). Un moment d’autant plus à ne pas rater que sa chef de chœur et directrice artistique, la Suédoise Sofi Jeannin, pour sa dernière saison à la tête de la Maîtrise avant de rejoindre une autre grande maison, les BBC Singers. Elle aussi joue le jeu “féminin” en mettant notamment en avant la compositrice émergente Cecilia McDowall en plus d’un répertoire à la couleur très française (Debussy, Dutilleux, Poulenc, Hersant…)

Last but not least, dimanche, la basilique Saint-Seurin recevra la visite du très versatile Voix de Stras’ dirigé par Catherine Bolzinger et leur programme « Féminité sacrée » sur le thème de la maternité (16h30, 11-16€, gratuit mineurs). En prime, les lauréats du concours de composition, innovation de l’année, auront la chance de voir leurs œuvres créées par l’ensemble strasbourgeois.   SLJ

eufoniabordeaux.fr

COMMENTAIRES (0)