Fifib 2017 : le cinéma en liberté, à partir de mercredi à Bordeaux

Par bordeaux7 le 16 octobre 2017 à 23:34

« Battle Of The Sexes », dernier-né des réalisateurs de « Little Miss Sunshine », en clôture mardi © Melinda Sue Gordon / Twentieth Century Fox

Sixième édition et sept petits jours pour profiter du Fifib, le Festival international du film indépendant de Bordeaux. Avec beaucoup de films bien sûr, des invités de marque mais aussi des fêtes.

Commençons par les nouveautés que nous n’avions pu évoquer dans notre rapide balayage du festival il y a quelques jours. Tombé la semaine dernière – juste à temps ! – la composition du jury. À sa tête, Thomas Maury, comédien passé par le Conservatoire de Bordeaux déjà très remarqué, pas seulement pour son rôle de prof de français dans « Les Beaux Gosses » de Sattouf mais aussi dans « Let My People Go ! » qui lui avait valu une nomination aux Césars en 2011. Celui qu’on peut voir désormais aussi à la télé dans « Dix pour cent » aura à ses côtés quatre autres artistes et critiques (Rachel Khan, Sabrina Seyvecou, Yann Gonzalez et Mariam Al Ferjani). À eux la charge de départager les 10 films en compétition projetés à l’Utopia – une sélection volontiers voyageuse et engagée. Côté courts, le jury comprendra notamment Thierry de Peretti et Ginger Román.

Et le Fifib vient également levé le voile sur le film surprise de l’ouverture, demain soir au CGR Le Français : « Abracadabra », du Basque espagnol Pablo Berger. Une fable sur le machisme guéri par l’hypnose, que complétera à merveille le film de clôture mardi prochain puisque « Battle Of The Sexes », dernier bébé du duo de réalisateurs de « Little Miss Sunshine » avec Emma Stone et Steve Carell, remonte le temps, direction les seventies et le féminisme sur la brèche, une époque où l’on disait encore volontiers que les femmes ne savaient pas jouer au tennis. Engagé, on vous dit !

Mini-Croisette

Mais le Fifib, c’est aussi une série de cartes blanches et focus à invités de choc. Éric Judor et Eva Bester réunis pour une “filmothérapie”, l’essayiste Pacôme Thiellement et sa sélection “hérétique”, l’écrivaine Virginie Despentes et son regard si singulier, complété par une lecture musicale d’œuvres de Pasolini avec Béatrice Dalle (lundi au TnBA), Michel Ocelot  “le-papa-de-Kirikou” dont on rappellera qu’il n’a pas fait que ça, en conférence (samedi), ou encore le réalisateur Samuel Benchetrit.

Ajoutez à cela au moins un invité par film en compétition (pas loin d’une trentaine avec la sélection Contrebandes et les séances spéciales) plus les musiciens programmés aux soirées gratuites de la cour Mably (Buvette mercredi soir, Tshegue…)… De quoi donner à Bordeaux des airs de mini-Croisette.

Sébastien Le Jeune

fifib.com

COMMENTAIRES (0)