Des croisements hauts en couleur au festival L’Esprit du Piano

Par bordeaux7 le 13 novembre 2017 à 08:00

Une programmation de haut vol avec cette année l’Allemand Menahem Pressler, le Sud-Coréen Kun-Woo Paik, le Russe Grigory Sokolov... avec aussi du jazz – Gonzalo Rubalcaba –, d’étonnants mélanges – Enhco et Serafimova – et même de l’“electro-classique” avec Grandbrothers © Marco Borggreve / Sang-Hoon Park / Mary Slepkova / DR / Sébastien Vincent / Tonje Thilesen

Comme toujours, L’Esprit du Piano entend s’adresser à tous, pas seulement aux fins connaisseurs de la musique classique. Jusqu’au 2 décembre, la 8e édition du festival brasse large, jusqu’au jazz cubain et à l’electro.

Côté classique, c’est une nouvelle fois la crème de la planète piano qui a rendez-vous à l’Auditorium et au Grand-Théâtre principalement. En récital, des invités de grand talent et d’expérience, tels le Coréen Kun-Woo Paik, le Russe Grigory Sokolov ou encore l’Allemand Menahem Pressler, avec toujours cet incroyable toucher du haut de ses bientôt 94 ans !   

Mais le festival n’en oublie pas pour autant la jeune génération, au contraire. L’Américain d’origine serbe Ivan Ilić, 39 ans, qui ouvre ce lundi soir au Fémina, fait presque figure d’ancien comparé au prodige attendu ce jeudi à l’Auditorium : Vadym Kholodenko, 31 ans, aura à ses côtés l’ONBA dirigé par Paul Daniel pour interpréter notamment le “tube” de Rachmaninoff, le Concerto N°2 et son final époustouflant. Autre moment très attendu, mardi prochain, le double plateau Romain Descharmes et David Violi qui balaieront ensemble Saint-Saëns et Brahms avant d’être rejoints par le Chœur de l’ONB pour le magistral final de la 9e de Beethoven.

Non content de proposer un concert rien que pour les étudiants (Emmanuelle Swiercz, mercredi 22 à l’Amphi 700 de Bordeaux-Montaigne), le festival vise l’éclectisme pour rassembler toujours plus. Le Cubain Gonzalo Rubalcaba apportera la touche jazz, tout comme Thomas Enhco… bien que sa rencontre avec la percussionniste roumaine Vassilena Serafimova rendra son concert complètement inclassable. Du classique improvisé ? Que dire alors du duo allemand Grandbrothers… Du classique travaillé sur pianos préparés jusqu’à une transe proche de celle de la techno… Ils sont ce mercredi au Rocher, à Cenon. SLJ

www.espritdupiano.fr

COMMENTAIRES (0)