Avec la Fête du court, le court-métrage passe au grand format

Par bordeaux7 le 13 mars 2018 à 19:37

Le Bordelais multiprimé pour « Le Skate moderne » Antoine Besse est au générique. © John Doe Production

Qu’on se le dise, à Bordeaux (comme un peu partout ailleurs en France), mars devient le mois du court-métrage. Notamment parce qu’en plus d’autres événements dédiés*, la Fête du Court-métrage bascule de décembre à mars, et dans un format plus long. Ouverture ce mercredi.

Une volonté venue d’“en haut”, de l’asso fondatrice de l’événement Faites des Courts Fête des Films (en lien avec le CNC et l’Agence du court-métrage, tout de même), basée à Paris. « À l’origine, explique son commissaire artistique Samuel Prat, cette Fête résulte de la fusion de deux événements, le Jour le plus court, d’envergure nationale, et un autre parisien, “Le Cinéma, ce n’est jamais trop court”. L’image du court est bonne mais il n’est toujours pas assez montré. Alors l’objectif était de diffuser partout, le plus possible… et c’est toujours le cas. Mais on a souhaité y ajouter une partie événementielle plus large, afin que le public puisse aller à la rencontre de ceux qui font vivre le court toute l’année. »

Kino aux manettes

Après le ballon d’essai réussi en décembre 2016, la manifestation passe sur sept jours – « du mercredi au mardi, comme un cycle de cinéma » – et sur un mois de mars plus propice aux sorties.

Sur le plan hexagonal, on compte pour ce cru 2018 quelque 10 000 projections et 6 000 organisateurs dont 600 cinémas. Mais seules 30 villes dites ambassadrices ont droit à un programme “augmenté”. À Bordeaux, c’est l’association très bien implantée Kino Session qui est à la manœuvre. « Passer de deux jours en 2016 à cette semaine entière, ça a été beaucoup de travail, reconnaît sa vice-présidente Floriane Rivery, coordinatrice de l’événement. Mais plusieurs cinémas – l’UGC, le CGR, qui pratiquent le tarif réduit à 4€ – et la bibliothèque nous ont soutenus. De cette manière, on a pu faire en sorte de rendre le rendez-vous accessible au plus grand nombre. »

Un week-end à Saint-Rémi

L’asso a aussi su rallier autour d’elles les autres forces vives du court à Bordeaux : Extérieur Nuit, Coupé Court, Les Petits Courts ou encore Cinémarges. « La Fête du court ne rentre pas en “concurrence” directe avec leurs événements, souligne Floriane Rivery. Ici, il s’agit avant tout d’une manifestation dédiée à la découverte, au travers d’ateliers et d’animations. »

De fait, en plus d’une quinzaine de sélections de courts allant du jeune public (dès ce mercredi après-midi 15h à la bibliothèque Mériadeck) à de l’adulte érotique (demain jeudi soir à la Tencha) en passant par des “best-of” de stars passées par le court, réalisateurs (Burton, Ozon, Kervern…) ou comédiens (Kiberlain, Canet, Debbouze…), le temps fort ce sera ce week-end à l’espace Saint-Rémi. Toute la journée, se tiendront des ateliers tout public avec des techniciens de cinéma pour expliquer le “making of” d’un film, et le samedi soir, place à la fête avec un “karaoclip” géant de plus de 3 heures.

Last but not least, le retour d’Antoine Besse, Bordelais remarqué par son court qui tourne désormais une série pour Canal+, à rencontrer ce mercredi soir à la bibliothèque après une sélection de courts « Made In Canal+ » (18h30, gratuit). SLJ

www.lafeteducourt.com et www.kino-session.com

* Le Festival des Petits Courts ce mercredi soir à Pessac, le Festival Coupé Court du 21 au 23 aux Vivres de l’Art, le Festival européen du Court-métrage du 27 au 31 à Bordeaux.

COMMENTAIRES (0)

FERMER
CLOSE