Avec Ahoy ce week-end, l’I.Boat a enfin un festival à son image

Par bordeaux7 le 30 mai 2018 à 20:13

Sur le même spot que feu le festival Hors Bord, Ahoy offre un concept complètement différent, avec des concerts à prix libre et un village beaucoup plus musclé. © Archives Guillaume Bonnaud / Sud Ouest

Ahoy, le nouveau bébé de l’I.Boat, investira-t-il un jour tout le pourtour des Bassins à flot comme en rêvent les organisateurs ? Peut-être bien, si ce nouveau concept, archi-participatif et essentiellement à prix libre, passe le cap de la première édition ce week-end du 1er au 3 juin.

Adieu Hors Bord, l’aventure montée avec un opérateur rochelais qui n’aura duré que deux ans, bonjour Ahoy, du projet I.Boat pur jus reprenant en titre le cri d’abordage des pirates anglosaxons. On reste sur la dalle du Pertuis, devant laquelle la péniche culturelle a bougé il y a deux semaines, on y mêle toujours clubs dans la cale, concerts en extérieur, et des animations autour. Copie conforme ? Pas du tout, explique le programmateur concerts de l’I.Boat Benoît Guérinault : « Cette fois, on se passe vraiment des têtes d’affiche qu’on peut voir dans tous les autres festivals. Ça ne nous ressemble pas : toute l’année on travaille sur la découverte, l’émergent, l’atypique, et c’est là-dessus qu’on veut mettre un coup de projecteur. Parce que si l’I.Boat est bien reconnu comme un club electro, il y a encore des gens qui découvrent qu’on fait aussi du concert. Plus ouvert, plus généraliste, c’est un festival à notre image. Et pour piquer la curiosité du spectateur, on fait le pari du prix libre. »

Pour toutes les oreilles

Passons donc rapidement la prog’ club qui est déjà en train de trouver son public : deux monstres à la Base sous-marine, Rone (complet) et la légende de la house Kerri Chandler (sans doute complet à l’heure où vous lisez ces lignes, 25-30€), et dans le ventre du bateau Gilb’R et Gesloten Cirkel (live) notamment (13-16€). Côté concerts, la soirée de ce vendredi (18h-minuit) donnera le ton, diversité à tout crin : surf rock avec les Buttertones et garage culte avec les Oblivians (tous deux Américains), afropunk signé chez Ed Banger avec les Franco-Camerounais 10LEC6, electrorock made in UK avec Otzeki.

La suite est à l’avenant. Samedi (14h-minuit) le rap grime british de Nadia Rose croisera les explorations jazzistiques des Flamingods, à la post-pop lo-fi d’Omni répondra la synthpop de Tristesse Contemporaine… Dimanche (12h-21h), l’enchaînement pop-folk-synth BC Camplight, Vedett, Egopusher culminera avec la pop contemplative de JB Dunckel, l’un des membres du duo Air.

Et les locaux sont aussi de la partie, en live (Petit Vodo, Thomas Skrobek) ou en mix avec les crews fidèles du bateau toute l’année, Get Wet, Vie Sauvage, Microkosm, Banzaï Lab, Superdaronne, 45-Tours Mon Amour, À l’Eau, Bordeaux Rock, Nova… Tous perchés sur un bus anglais qui filera après le festival vers d’autres villes de l’agglo dans le cadre de l’Été Métropolitain.

Familles bienvenues

Et pour les à-côtés, c’est le même principe : tous ceux que l’I.Boat invite et met en avant toute l’année, les artistes, jeunes créateurs, photographes, etc., ont répondu présent, et ont carte blanche. Ainsi, au village qui s’annonce massif, seront proposés ateliers pour kids et grands kids (fanzine, pliage, design DIY, nail art, création de vêtements, sérigraphie…), une poignée d’expos, des stands de fripes, d’objets de créateurs, de tattoos (éphémères ou non), des produits de terroir, des food trucks…

« C’est l’aboutissement de tout le travail qu’on mène avec ces acteurs locaux à l’année, se réjouit Benoît. Et ça ira plus loin encore quand le nouveau projet de l’I.Boat se développera. » Ne reste plus qu’à espérer une belle météo… SLJ

www.iboat.eu

COMMENTAIRES (0)