L’Écho Studio de Pama à Pessac, un lieu qui gagne à être connu

Par bordeaux7 le 27 novembre 2018 à 23:00

Parmi les ateliers, le rap, en partenariat avec Effort 2 Conscience, a un énorme succès. © Tyler Rease / PAMA

« Pour vivre heureux, vivons cachés » aurait pu, longtemps être la devise de Pama, alias Pessac Animation Musiques actuelles. Aujourd’hui pleinement équipée, la structure entend peu à peu passer la vitesse supérieure.

« Parfois les groupes ont un peu de mal à nous trouver, mais aujourd’hui ça commence à bien prendre, c’est chouette. » Réjoui, Jean-Luc Marro, le directeur de Pama. C’est vrai qu’il faut chercher un peu le local, au fond de la zone d’activités des Échoppes, au 156 de l’avenue Jean-Jaurès. Hormis le piano dans l’entrée, rien ne distingue en apparence l’Écho Studio d’un autre lieu associatif. Mais c’est derrière que tout se joue : quatre studios de bonne qualité, désormais tous équipés d’une batterie complète, d’instruments de base, de micros et d’amplis, idéaux pour les répétitions. Et deux d’entre eux sont en outre reliés à une régie professionnelle permettant les enregistrements.

Un outil parfait pour l’objectif de l’association, l’accompagnement des jeunes musiciens. Avec sa large amplitude horaire, jusqu’à 22h en semaine, la petite équipe de six personnes (permanent, vacataires et services civiques) répond à la demande de quelque 150 adhérents à l’année. En plus de l’accès aux espaces de répétition, ceux-ci peuvent aussi participer à des ateliers avec une dizaine d’intervenants spécialisés – rap, beatbox, chorale, MAO, webradio… Et Pama est régulièrement invitée à programmer ses groupes dans différents événements de la ville, quand l’asso ne les organise pas elle-même.

Arrivé à Pama comme simple adhérent quand « il fallait aller dans les villes voisines pour répéter », Jean-Luc Marro, aux manettes depuis un an, veut donner une nouvelle impulsion au projet imaginé en 2011 par le fondateur, Clément Billardello. Se faire connaître de plus d’adhérents potentiels, avec un frein de taille : il faut être Pessacais de moins de 22 ans, alors l’asso se tourne de plus en plus vers les étudiants du campus. Et « nous recentrer sur l’accompagnement des artistes afin de donner à la structure une identité plus claire et plus forte ».

Sébastien Le Jeune

www.facebook.com/pama.pessac/

COMMENTAIRES (0)