Hacketafac #2 : continuer à améliorer le campus bordelais

Par bordeaux7 le 10 janvier 2018 à 05:15

Les étudiants travaillent en atelier pour finaliser leur dossier de présentation. © DR

Le coup d’envoi de la deuxième édition d’Hacketafac a été donné lundi. Ce concours, lancé par l’Université de Bordeaux l’an dernier, a pour objectif d’impliquer les étudiants pour qu’ils inventent le campus de demain qui répondra à leurs attentes.

« Avec Hacketafac, on accompagne des initiatives qui permettent de créer des applications mobiles ou des services en ligne qui n’existaient pas et qui peuvent faciliter la vie des étudiants », précise Antoine Blanchard, le coordinateur du projet.

Pour que les propositions ne partent pas dans tous les sens, les organisateurs fixent des priorités sur lesquelles ils souhaitent que les étudiants réfléchissent. Cette année, 11 défis sont proposés aux participants sur le thème de la santé, des espaces et locaux, de la pédagogie ou encore sur l’alimentation durable en partenariat avec le Crous ou sur la vie citoyenne en lien avec les associations présentes sur le campus.

Comment ça marche ?

Pour participer au concours aucune connaissance en informatique (à part celles de base) ou en développement n’est nécessaire. Il suffit d’avoir une (bonne) idée. La dotation de 10 000 euros qui récompense les lauréats permet en effet aux étudiants de financer l’achat de compétences pour la mise au point de leur projet par la suite.

Avant d’en arriver là, les candidats doivent d’abord déposer un dossier qui doit avoir la forme d’une vidéo d’une durée de trois minutes maximum. Les organisateurs d’Hacketafac propose un atelier par semaine pour accompagner les étudiants dans le concours et les aider à préparer ce fameux dossier, car l’image, la prise de son et le montage vidéo ne s’improvisent pas quand on n’y connaît rien.

« Le pied à l’étrier »

L’an dernier, pour sa première édition, le projet avait mobilisé 67 étudiants qui avaient planché sur 24 projets différents. Aucun objectif n’a été fixé cette année mais les organisateurs espèrent bien sûr une large participation des étudiants et des enseignants. Car Hacketafac n’est pas réservé aux étudiants en informatique, au contraire. 16 filières différentes de l’Université étaient représentées en 2017. Antoine Blanchard espère en mobiliser encore davantage cette année notamment du côté de sciences-Po ou de Bordeaux-Montaigne.

Onze projets avaient été récompensés l’an dernier. Ils commencent à arriver à leur terme aujourd’hui. « Certains veulent maintenant aller plus loin et créer leur entreprise. On leur met le pied à l’étrier » se félicite Antoine Blanchard.

Parmi les projets récompensés en 2017, Enosis fait partie des plus aboutis. Il s’agit d’une application mobile qui permet de découvrir les lieux de convivialité et ceux qui les fréquentent. On peut y trouver, par exemple, les endroits où on parle basque ou japonais. Mais l’appli permet aussi de découvrir de nouveaux lieux de fête et de sortir des circuits habituels des étudiants. la première version d’Enosis est déjà disponible en téléchargement.

Stéphanie Lacaze

COMMENTAIRES (0)

FERMER
CLOSE